CQFD

Malbouffe et lutte pour l’emploi

Ça s’est passé comme ça chez McDonald’s…


paru dans CQFD n°169 (octobre 2018), rubrique , par Enzo Serna, illustré par
mis en ligne le 14/10/2018 - commentaires

À Marseille, au cœur des quartiers Nord minés par le chômage, le McDo de Saint-Barthélemy représente bien plus qu’un simple restaurant. Ulcérée par la ténacité de ce bastion syndical, la multinationale a tenté de le liquider, mais elle a trouvé à qui parler.

On vous l’a assez dit et rabâché entre deux pubs pour une marque de jambon  : «  Ça se passe comme ça, chez McDonald’s ! » Un refrain stressant qui peut aussi se traduire en mode martial dans les arrière-cuisines de ces temples du bon goût, où s’épuisent des « équipiers » corvéables à souhait  : l’exploitation, ça se passe comme ça, oui, et pas autrement ! Au moindre écart, ce brave Ronnie se transforme en clown tueur à la Stephen King, dévorant d’une bouchée les éléments turbulents et les recrachant au loin  : par ici la sortie… Direction le chômdu.

Autant dire qu’au moment où ils ont sonné le tocsin contre l’ogre américain, il y a quelques mois, personne ne donnait cher de la peau des 77 employés du McDonald’s de Saint-Barthélemy, inauguré en 1992 dans les Quartiers nord de Marseille. Il faut préciser qu’au fil des années et des changements de franchisés, repartis les poches pleines, ces hommes et femmes des quartiers populaires, certains portant la casquette McDo depuis 25 ans (pas vraiment une habitude dans la boîte), avaient déjà tout fait pour s’attirer les foudres de la maison-mère. Elle qui conserve 50 % des parts et le pouvoir en sous-main. «  Ils incarnent l’inverse du modèle prôné par la multinationale. Ce sont des emmerdeurs dont il fallait se débarrasser », résume le truculent avocat lorrain du comité d’entreprise (CE), Ralph Blindauer, surnommé « le Baron Rouge ». On y reviendra…

Au forceps et au piquet de grève, planté là où ça fait mal, ces insurgés à la sauce McDo ont gratté des avantages rarissimes au pays de l’oncle Ronald  : une mutuelle prise en charge à 95 %, un treizième mois au bout d’un an et pas deux, des horaires respectant le rythme de vie des nombreuses mères isolées qui se brisent l’échine en cuisine…

Du Big Mac au halal ?

Mais trop, c’est trop. Cette année, après plusieurs tentatives infructueuses, l’occasion était belle, de nettoyer enfin ce foyer de contestation. Un plan simple : le 7 mai dernier, Jean-Pierre Brochiero, franchisé de six enseignes de Marseille et Vitrolles, dont celui de Saint-Barthélemy, annonce son intention de céder ses parts pour de soudaines «  raisons de santé ».

L’heureux acquéreur ? Mohamed Abassi, déjà à la tête de huit franchises et décrit par Kamel Guemari, délégué FO, comme un patron aux «  méthodes brutales ». Pour ne pas dire pire. Il se sert de « vigiles pour casser les grèves », souffle une salariée en montrant les images, captées sur son Smartphone, d’une descente de gros bras dans un autre McDo de la région. « Il fait régner la terreur en licenciant de manière expéditive ceux qui se plaignent », ressasse un ancien, mis à la porte. De la poigne. Peu de scrupules. En somme, l’homme de la situation pour rétablir l’ordre.

Par Kalem {JPEG}

Sûrement une coïncidence, ce fameux plan de rachat ne concerne que cinq des six « restaurants » jusque-là détenus par Brochiero. Et pas celui de Saint-Barth’, trop déficitaire paraît-il… Une baisse du chiffre d’affaires en réalité imputable aux interminables travaux de la rocade L2, qui ont isolé l’établissement. Sauf qu’en dédommagement, McDo France a obtenu, rappellent les syndicats, « plusieurs millions d’euros », dont une partie en argent public.

Le mauvais sort promis aux 77 salariés ainsi purgés ? Une vente à une énigmatique société tunisienne nommée Hali Food, dans l’optique de transformer l’enseigne en fast-food asiatique à la sauce communautaire. Dans un courrier adressé aux salariés, le vendeur vante ce projet de « restauration ethnique […] au cœur d’un quartier à forte concentration musulmane ». « On nous stigmatise, on est des Quartiers nord, donc on mange halal », peste Tony Rodriguez, responsable de la section Sud-Solidaires.

« Mettre tous les indésirables sur un bateau... »

Du genre suspicieux (on les comprend), les salariés et leur avocat ont vite noté que « comme par hasard, Abassi ne veut pas du restaurant où travaillent trois représentants du CE, deux délégués du personnel et un membre du CHSCT [1] ».

« Mais comme McDonald’s ne veut pas non plus payer de plan social, ils ont confectionné, en toute hâte, avec des hommes de paille, un projet fantaisiste de restauration asiatique halal voué à une liquidation rapide. Peut-être même pour racheter le fond de commerce plus tard en s’étant débarrassé des gêneurs. C’est comme si vous mettiez tous les indésirables sur un bateau et que vous le remorquiez en haute mer avant de le couler », a rugi le « Baron Rouge », appelé à la rescousse.

L’homme s’y connaît  : il a été l’avocat des ouvriers dijonnais de l’équipementier automobile TRWet du leader des « Conti », Xavier Mathieu. La bataille contre un plan social, c’est comme la guerre, prévient-il. Cette entreprise Hali Food n’a aucune existence légale en France. Son nom a été déposé au registre du commerce en Tunisie. Depuis, on nous a fourni quatre orthographes différentes », cogne-t-il d’emblée. Et ce bon Ralph d’y aller franchement, à l’arme lourde, en dénonçant devant la presse « un montage mafieux », contre lequel il dépose plainte pour « association de malfaiteurs en vue d’une escroquerie ».

Pour défendre leur emploi, les Saint-Barth’ n’en restent pas aux manœuvres judiciaires. Grève, occupation des lieux jour et nuit, appels aux élus, concerts de soutien… Un activisme soutenu et suivi par plusieurs autres McDo de Marseille et d’ailleurs. On a même vu une représentante d’un restaurant de Cambridge (Angleterre) venir scander, poings levés : « I believe that we will win !  [2] » À ses côtés, les fortes têtes d’ici entonnaient joyeusement  : « McDo, escrocs, faut partager le magot ! »  ; « Frite par frite, nuggets par nuggets, nous reprendrons le fric à McDonald’s ! » Consécration  : le conflit marseillais a même droit aux honneurs de la Une du New York Times. On s’en serait douté : du côté de la multinationale et de ses ouailles, ce climat déplaît fortement et inquiète.

Commando mystérieux

Au point, assurent les grévistes, qu’ils auront à subir, en retour menaces et intimidations  : « On a reçu des appels oppressants. Certains ont été suivis et pris en photo par des gens inquiétants. » Le point culminant est atteint début août  : un soir, des salariés sortant de Saint-Barth’ sont attaqués à coups de tessons de bouteille et de couteau par un mystérieux commando. Bilan : cinq blessés. « Un différend avec des clients autour d’un croque-monsieur », conclura expéditivement la police. Circulez…

Cible numéro 1, le syndicaliste Kamel Guemari a eu droit à un traitement de faveur. «  Un jour, il s’est vu proposer plusieurs centaines de milliers d’euros pour démissionner. Un autre, des voyous notoires sont venus lui dire à plusieurs reprises : “ Tu devrais accepter l’argent, pense à ta famille ” », a dénoncé Ralph Blindauer. À bout de nerfs, l’emblématique leader, âgé de 37 ans, a même fini par se retrancher dans l’établissement avant de menacer de s’immoler. « Cela fait des mois que je ne vois plus mes enfants, de peur qu’il leur arrive quelque chose à cause de mon engagement », soufflera Guemari, de retour au combat quelques jours plus tard.

« On ne défend pas McDo, mais l’emploi »

Pause. Pour comprendre cette persévérance, il faut mesurer que son histoire personnelle, et celle de nombreux salariés, est intimement liée à une enseigne qui représente dans ces quartiers bien plus qu’un fast-food. Comprenez  : à l’intersection des cités Picon, Busserine et Font-Vert, où le chômage des jeunes adultes flirte avec les 50 %, où les CV envoyés de la « mauvaise » adresse sont balancés fissa à la poubelle, McDo fait tristement figure de bouée de sauvetage. C’est le deuxième plus gros employeur du secteur, derrière Carrefour. Certes, hors des statistiques officielles, une autre entreprise recrute des gosses perdus à tour de bras : le réseau de vente de stupéfiants. Lui aussi avec son refrain stressant : « Viens, bascule de notre côté… »

Plus jeune, Kamel Guemari aurait pu y rester : « Je suis d’une famille de cinq enfants, avec un père au RMI. C’était une fierté de trouver un travail. Mon premier salaire, à l’âge de 16 ans, ça a été pour remplir le frigo de toutes sortes de yaourts, de bonbons et de gâteaux à partager avec mes frères. Je suis retombé plusieurs fois dans la délinquance, à chaque fois le directeur de l’époque est venu me chercher par l’oreille. Alors ce que McDo a fait pour moi, j’essaie de le reproduire pour les jeunes », s’est-il épanché un jour auprès de Mediapart.

Ici, c’est vrai, des mères confient de jeunes majeurs sur le fil du rasoir aux « managers » pour qu’ils les éloignent de l’aimant du pied des tours. Ici, on s’autorise également à faire travailler des personnes en libération conditionnelle, en adaptant les horaires de travail à ceux du bracelet électronique... Un sorte de récupération de l’outil de travail. Loin d’être un modèle. Mais mieux que rien. « On ne défend pas McDo, mais l’emploi. Perdre 77 postes, c’est tout un quartier qui est déstabilisé. C’est pour ça que tous les habitants sont mobilisés pour cette cause. Si vous ne travaillez pas dans l’économie légale, vous tombez dans l’illégal. Ici, c’est McDo qui prend les petits en stage quand ils ne trouvent pas ailleurs. On n’a pas attendu Macron ! », insiste Salim Grabsi, un habitant de la Busserine, fondateur du Syndicat des quartiers populaires de Marseille.

Un McDo en Scop ?

Finalement, la justice a tranché le 8 septembre dernier. Champagne, pétards  : elle a sèchement retoqué la vente du McDo de Saint-Barthélemy à Hali Food en raison « du caractère douteux » du repreneur. « Au regard aussi de la faiblesse et de l’insuffisance grossière et manifeste des moyens humains financiers et matériels », ce projet conduirait « à une liquidation judiciaire avec le licenciement du personnel ». Et plouf : un plan social déguisé qui tombe à l’eau.

Dans les cordes, Mohamed Abassi a, depuis, sorti une nouvelle carte. Celle de la division, en proposant de « reprendre le restaurant de Saint-Barthélemy ». Mais à la condition de « se libérer de certains cadres », dont le syndicaliste Kamel Guemari, «  pour alléger la masse salariale ». Vous aurez compris le chantage : on préserve les emplois, mais vous sacrifiez les meneurs... « Hors de question d’accepter cette proposition bidon et irrecevable », a répondu Kamel Guemari, suivi par les siens.

Aujourd’hui, tous gardent bon espoir que l’ensemble du plan de reprise des six restaurants – 300 employés sur le grill – sera annulé après examen du dossier sur le fond par le tribunal de grande instance le 18 octobre prochain. En attendant, à Saint-Barth’, on étudie la reprise de la franchise sous la forme d’une Scop. Et pourquoi pas ? Si ça se passait comme ça, maintenant, chez McDonald’s ?


Notes


[1Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

[2« Je crois en notre victoire ! »



1 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Par Enzo Serna


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts