CQFD

Édito-sommaire

Au sommaire du n°151


paru dans CQFD n°151 (février 2017), rubrique , rubrique , par l’équipe de CQFD, illustré par , illustré par
mis en ligne le 03/02/2017 - commentaires

En kiosque !

En une : "All computers are bastards" de Rémi.

Un article sera mis en ligne, chaque semaine. Les autres articles seront archivés sur notre site quelques mois plus tard. D’ici-là, tu as tout le temps d’aller saluer ton kiosquier ou de t’abonner...

L’oligarchie et ses potiches

On imagine Caroline Fourest et Élisabeth Badinter très fières de voir la nouvelle première dame du monde libre, Melania Trump, tenir son rôle de potiche bling-bling : elle ne porte ni voile ni burkini, elle ! Idem pour Penelope Fillon : cette mère de famille catholique a su rester dans l’ombre des ambitions de son petit mari tout en palpant de confortables émoluments parlementaires, ce qui prouve qu’elle est quand même plus « classe » que les pauvres bonnes femmes arabes ataviquement soumises à leur sournoise religion et à leurs fourbes époux [1].
En revanche, Fourest et Badinter ont sûrement bondi à la vue de ces musulmanes en foulard montant à la tribune lors de la manifestation des femmes contre Trump. Elles ont dû s’étrangler en écoutant Angela Davis clamer l’urgence de résister et de s’unir contre l’exploitation capitaliste, la misogynie, l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie. Phobie confirmée quelques jours plus tard par le décret présidentiel interdisant l’entrée du territoire US aux citoyens de sept pays musulmans. Donnant du chien au concept universitaire d’intersectionnalité, Davis a par exemple invité ses camarades féministes à s’impliquer dans la lutte des Noirs contre les violences policières. Elle a également appelé à la désobéissance civile contre le projet d’oléoduc à nouveau imposé aux Sioux de Standing Rock.
À l’heure où les immensément riches mettent en scène pleins feux la pornographie de leur toute-puissance – après Berlusconi, Trump tient à démontrer que l’oligarchie n’est jamais mieux servie que par elle-même –, puisse le vent de dignité semé par la militante afro-américaine récolter une belle tempête de colères convergentes. Puisse-t-il aussi traverser l’Atlantique et venir balayer les zizanies du progressisme qui, depuis deux décennies, ont morcelé le paysage en autant de chapelles et de fonds de commerce idéologiques.

Par Étienne Savoye {JPEG}

Dossier : "A.C.A.B. (all computers are bastards)"

« Les services sociaux risquent de se bunkériser » > Keltoum Brahna et Muriel Bombardi sont assistantes sociales en Seine-Saint-Denis et syndiquées à SUD Santé sociaux/CT. Ce métier, elles l’ont choisi et le défendent depuis des années contre son dévoiement par le management et la politique du chiffre. Visite dans les coulisses du travail social, où s’affrontent – comme ailleurs – travailleurs de base et managers cyniques.

Déshumaniser le travail social > Pour bien des gens, l’informatique a la réputation de simplifier les tâches administratives, de les rendre moins fastidieuses, voire même ludiques. Mais dans le travail social, l’ordinateur rend chaque démarche plus complexe, opaque, et il transforme les relations.

Regarder les ordinateurs travailler > Retranchés derrière leur écran, les agents de la Sécu se demandent où est passé l’humain. Dévouée aux algorithmes de l’hydre numérique, la protection sociale se « bigbrotherise » à pas feutrés. Un travailleur témoigne.

L’ordinateur dans la lutte des classes > Auprès de certains, la critique de l’informatique passe pour une affaire d’esthètes : on veut bien en parler, mais… une fois la justice économique établie et les besoins de tous satisfaits. C’est oublier que la révolution numérique est au cœur de la dynamique capitaliste des quarante dernières années. Décryptage du rôle des outils numériques dans le déséquilibre actuel entre capital et travail.

Passe d’armes avec le collège connecté > À l’occasion d’une rencontre publique initiée par les signataires de l’Appel de Beauchastel, nous faisons connaissance avec Céline. Sa fille, entrée au collège en septembre 2015, goûte cette année les « bienfaits » de la mise en place du « collège connecté ». Céline, qui a voulu s’investir dans le fonctionnement du collège, fait depuis deux ans partie du conseil d’administration et des délégués de l’association des parents d’élèves.

À l’ombre du livret numérique > Les administrateurs de l’Éducation nationale font miroiter un nouveau gadget censé résoudre les sempiternels « problèmes » scolaires. Le Livret scolaire unique numérique (LSUN, prononcer el-SUN, à l’anglaise), est un des nouveaux médiums du miracle pédagogique. À y regarder de plus près, le soleil numérique « el-SUN » s’avère être la preuve qu’il est illusoire de séparer la réforme de l’enseignement des questions du fichage des enfants, de la gestion administrative et de l’évaluation des élèves.

Les technologies dans le feu de l’action > Loin du paternalisme de Marx qui, dans Le Capital, conseillait aux ouvriers de « distinguer entre la machine et son emploi capitaliste », l’historien des sciences et des techniques David Noble en appelle aux luddites et à leur histoire pour lutter contre les ravages de l’informatisation du travail.

Les ordis ne naissent pas dans les choux > Les outils informatiques, si minuscules et miraculeux soient-ils, n’en nécessitent pas moins de grandes quantités de matières premières, d’énergie et de travail pour être mis au point et fonctionner. Tour d’horizon de l’envers infernal du monde numérique.

« Ne nous libérez pas, on s’en charge ! » > Certains groupes militants des années 1960-70 pratiquaient (douloureusement) l’auto-critique. Chez Écran Total, nous préférons l’auto-interview (sans trop de complaisance…)

Par Tomagnetik

Enquêtes et reportages

Des brèches dans la forteresse > La Roya, vallée encaissée et perdue des Alpes-Maritimes. Quelques communes escarpées, des paysages désertiques, les cimes enneigées marquant l’horizon... On est loin de Calais ou de Melilla. Les derniers temps ont pourtant été fort agités dans la vallée, entre emballement médiatique et déchaînement des autorités contre les habitants ayant tendu la main aux migrants en transit. Reportage.

Apocalypse later > Depuis l’élection du 8 novembre, la plupart des commentateurs ânonnent le même diagnostic : Donald Trump a été élu 45e président des États-Unis par une meute de ploucs blancs en colère. Chez les anciens combattants d’une petite ville tranquille de la Côte Est, les sentiments envers le milliardaire varient entre faux espoirs et défiance.

Justice de classe > En 2001, l’explosion de l’usine toulousaine AZF causait morts, blessés et destructions. En 2017, les dirigeants de Total, reconnus responsables, n’ont toujours pas été condamnés. Un scénario qui justifierait presque les propos du président-qui-ne-devrait-pas-dire-ça sur la lâcheté congénitale de l’institution judiciaire en France.

Tous les chemins mènent à Camelot > Excalibur, la Table ronde, Merlin l’enchanteur, Lancelot, les chevaliers qui disent «  ni », la fée Morgane, etc. (chercher l’intrus), la geste du roi Arthur fait partie des mythes contemporains les plus populaires. William Blanc, médiéviste, vient de lui consacrer un livre aux éditions Libertalia.

Voyage sans visa > Nassir a 14 ans lorsque, fin 2013, il quitte l’Afghanistan. Aujourd’hui scolarisé à Marseille, il a effectué un stage à CQFD et nous a raconté son aventure. Témoignage brut.


Notes


[1L’indignation laïque et féministe de Mme Badinter est à géométrie variable : l’agence Publicis, dont elle est la première actionnaire, a signé un juteux contrat avec l’Arabie saoudite pour aider cette fort rétrograde dictature à redorer son image à l’international.



Ajouter un commentaire

Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts